CABOSSÉS EN SÉRIE Dernières nouvelles exclusives de la folie ordinaire


Nouveau

CABOSSÉS EN SÉRIE Dernières nouvelles exclusives de la folie ordinaire

En stock
Expédition possible sous 3 jours

12,00
Le prix inclut la TVA mais pas la livraison .


Présentation du livre

Au secours !

« C’est comment qu’on freine, je voudrais bien descendre de là.1 »

Voici les dernières nouvelles exclusives de la folie ordinaire.

Il n’y a pas d’intrigue policière, dans la mesure où chaque protagoniste ne se cache mais au contraire dévoile ce qui l’a amené, selon lui, à certains excès.

D’une faille, d’un petit dérapage, d’une trahison naît l’impensable cruauté. Des sentiments exacerbés et frustrés jaillissent des actes ignobles justifiés par un instinct de vengeance.

On ne lira pas les raisons improbables de cette mise à la marge mais les conséquences en sont sanglantes.

Dix nouvelles, dix portraits de « Cabossés en série », dix histoires sans fausse pudeur de ceux que la société rejette en les qualifiant de monstres, oubliant au passage qu’ils font le sale boulot pour elle.

Un bidasse, un tueur à la retraite, un patient face à son psy, un adepte de la performance artistique, un écrivain, un élève tortionnaire et bien d’autres encore composent ce bestiaire tragi-comique.

Tous ont le même credo : « Allez au diable… Je vous déteste tous.2 »

1 - C’est comment qu’on freine? 1982 - Philips. Paroles : co-écrites Serge Gainsbourg/Alain Bashung. Musique et interprétation d’Alain Bashung.

2 - Samuel Hall. 1998 - Barclay. Paroles et musique Rodolphe Burger et Olivier Cadiot. Interprétation d’Alain Bashung.

Parcourir cette catégorie : Littérature