Nouveau

ET ELLES SE MIRENT À COURIR


En stock à partir du 08/11/2022

Avertir lorsque l'article est disponible
9,50
Le prix inclut la TVA mais pas la livraison 

Autrice: Julie Gaucher

Préface de : Rim Battal

Les femmes courent, nagent. Les vers de Julie Gaucher sont attentifs aux sensations que provoque l’expérience sportive au féminin.

  • En s’arrêtant sur certaines grandes figures de l’histoire du sport au féminin, Julie Gaucher met en perspective une expérience plus intime et personnelle de la pratique physique.
  • L’autrice semble s’adresser à tou·te·s puisque le sport dont elle parle est celui de l’enfance, de la pratique ludique ou solitaire, des compétitions régionales…
  • La veille des Jeux olympiques de Paris 2024 et alors que les discours questionnent la place des femmes dans le sport, les poèmes de Julie Gaucher offrent une approche rafraîchissante sur ces questionnements d’actualité.

Les femmes courent, nagent et n’ont pas attendu d’avoir la permission pour vivre « en corps ». Les vers de Julie Gaucher plongent dans l’intimité des corps de sportives, questionnent ces expériences, les sensations physiques et les émotions qui naissent de l’effort sportif.
À travers la course et la nage ˗ des activités universelles ˗ la poétesse évoque ses souvenirs d’enfant, de femme et de mère, mais aussi de sportive, de compétitrice et de voyageuse. Le recueil est découpé en trois parties : « Courir », « Nager », « Dans les gradins ».
Julie Gaucher éclaire dans ses poèmes sa propre pratique sportive de sa connaissance de l’histoire du sport féminin, faite de luttes et de revendications. Par là même, elle rend hommage à celles qui, avant elle, ont ouvert les portes des stades pour permettre aux femmes d’aujourd’hui de goûter aux joies du sport, activité longtemps réservée aux hommes.
Certains poèmes s’intéressent aux championnes d’hier, à l’exemple de Kathrine Switzer ou Lina Radke. Ils permettent de mettre en perspective l’expérience intime et personnelle de la pratique physique à l’aune de l’histoire du sport au féminin. Car Julie Gaucher se pose en héritière : héritière de ces sportives, qui ont bravé les interdits pour fouler la cendrée des pistes, mais aussi des plumes féminines et féministes qui lui ont montré que les femmes avaient aussi le droit de prendre la parole et d’écrire, que la poésie pouvait aussi être leur mode d’expression.

Livre : Et elles se mirent à courir

Parcourir également ces catégories : Littérature, Matières à Poésie, Sport et littérature